la guerre en Adriatique 1914-1918

Adriatique

La guerre en méditerranée est loin d’être propice à pays centraux. Face à la Marine Nationale et à la Royal Navy, la kaiserliche und königliche Kriegsmarine (Marine de guerre impériale et royale austro-hongroise aussi connue par son acronyme k.u.k.K.) se retrouve en infériorité numérique. Tout comme la marine allemande, elle privilégie la préservation de sa marine de guerre (et de ses précieux dreadnoughts), et développe l’arme sous-marine. Si cette stratégie lui permet d’éviter toute défaite qui pourrait s’avérait fatale, tout en lui permettant d’harceler la marine de commerce des pays de l’Entente elle ne peut briser le blocus maritime auquel elle est soumise.

Avec l’entrée en guerre, le 23 mai 1915, de l’Italie au coté l’Entente, la domination des marines de l’Entente en méditerranée devient écrasante. Si numériquement la Regia Marina est supérieur à la k.u.k.K, sa situation stratégique n’est pas totalement à l’avantage de l’Italie. Si l’Italie peut effectivement bloquer la marine austro-hongroise en adriatique en verrouillant le détroit d’Otrante (le verrouillage du détroit sera sa principale mission au cours de cette guerre), elle n’est pas à l’abri d’attaque sur ses propres ports en adriatique par la marine austro-hongroise. En rejoignant l’Entente, l’Italie rompt sa précédente alliance avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie datant de 1882 et bouleverse les plans et la stratégie globale de la Regia Marina originellement prévue pour affronter la Marine Nationale française.

canal d'Otrante

- détroit d’Otrante -

Ordre de bataille, au 1er juin 1915, de la Regia Marina

  • 3 dreadnoughts (plus 3 en achèvement);
  • 11 pré-dreadnoughts;
  • 2 croiseurs légers;
  • 20 destroyers récents (13 en achèvement);
  • 11 sous-marins récents (9 en achèvement).

Quant à l’Autriche-Hongrie, en 1914, elle possède la plus petites des marines belligérants en alignant :

  • 4 dreadnoughts de 20 000 tonnes dont un en construction,
  • 6 cuirassés de 10 500 à 14 000 t.
  • 3 croiseurs cuirassés de 5 à 7 000 t.
  • 7 croiseurs légers de 3 à 5 000 t.
  • 48 torpilleurs et contre-torpilleurs
  • 8 sous-marins

Si les sous-marins italiens sont techniquement inférieur aux u-boote allemands, ils auront également peu l’occasion prouver leur efficacité. Comme leurs homologues franco-britanniques, ils seront souvent cantonnés à surveillance des ports, et à la difficile chasse aux u-boote.

Si le port de Pola subit une surveillance étroite, les  ports orientaux italiens ne sont pas à l’abri de raid. Effectivement le jour même de la déclaration de la guerre la k.u.k.K bombarde plusieurs ports et ville de la côte adriatique. Ces raids menés  par plusieurs grosses unités ne seront  pas reconduit aux cours de la guerre. En gardant intact sa flotte l’Autriche-Hongrie fait planer une réelle menace sur les ports italiens.

Rapidement la situation en adriatique se cristallise. Chacun des deux camps observe les ports de l’adversaire et tante à plusieurs reprise des raids et  différant actes de sabotages  (les Autrichiens sabotèrent et coulèrent les cuirassés Benedetto Brin à Brindisi le 27 septembre 1915 et Leonardo da Vinci à Taranto le 2 août 1916).  Fin  1915, la Regia Marina assure l’évacuation des troupes serbes sur l’ile de Corfou. A la barbe de la kukk bloqué en Adriatique.

Si l’Autriche Hongrie se refuse de lancer ses dreadnoughts dans la mêlé, elle n’hésite pas en revanche à lancer ses sous-marins et des navires de surface légers (torpilleur et  mouilleurs de mines). La guerre en Adriatique est donc très particulière en comparaison aux combat en mer du Nord.Rapidement la vitesse est privilégiée. Frapper vite et fort pour disparaitre est la clé des opérations. A ce jeu là, se sont les italiens qui finalement sortiront leur épingle de jeu.

Inventifs, les italiens expérimenteront et développeront  sur mer en dans les airs de nombreuses armes.
Dans les airs, l’industrie développe des bombardiers lourd du type Caproni, ou rapide comme l’Ansaldo S.V.A.5. Enfin elle excellera avec les hydravions de chasse Macchi. A ce jeu la les autrichiens leur opposeront leur propres machines, non sans efficacité. Pour les deux belligérants, récupérer en mer les équipages, ou les machines (endommagé ou en panne) devient rapidement une évidence.
En mer mission la principale mission est, restera prioritairement la surveillance des ports, du détroit d’Otrante,  et la lutte anti sous-marine. Si les Torpilleurs, mouilleurs et dragueur de mines  peuvent effectuer ces taches, elles ne sont pas forcement les mieux adapter, et les expérimentations continuent.

Certaines spécialisées comme la Torpedine Semovente Rossetti (mignatta): une torpille guidée par un équipage et dotée de deux charges explosives de 175 kg chacune pour couler les navires ennemis dans leurs ports. C’est avec ce type d’engin que le  cuirassé austro-hongrois Viribus Unitis est coulé dans le 1er novembre 1918 dans le port de Pola. Ironie du sort ce navire avait été construit par l’Italie (alors pays allié) et remis la veille au nouvel état yougoslave.

Viribus unitis

- Le Viribus Unitis, coulé par des hommes grenouille le 1er Novembre 1918. -

D’autre unité rapide, spécialisé pour la lutte sous-marine ou dans la lutte de navire de surface comme les MAS (Motobarca armata SVAN), des unités légères, rapide, armées de mitrailleuses, de torpilles et (ou) de charges anti-sous-marines, développée dans le but de mener des missions de sabotage des ports ennemis de la Haute Adriatique et de contrer les sous-marins. Les MAS deviendront rapidement l’unité emblématique de la guerre navale en Adriatique.
Comme tout les pays de l’Entente, l’Italie mettra du temps à développer des armes efficaces anti-sous-marines. Et les MAS ne commenceront à être réellement efficace qu’en 1918 ou ils accompliront plusieurs coup d’éclat comme le torpillage du SMS Szent István (« Saint Étienne ») le 10 juin 1918

 

- Carte postale représentant le torpillage par le MAS 15 du Szent István (10 juin 1918) -

sources :

l'Autriche-Hongrie :

http://www.atlas-historique.net/1815-1914/cartes/Autriche-Hongrie1815-48.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Austria-Hungary

Viribus Unitis:

http://en.wikipedia.org/wiki/SMS_Viribus_Unitis
http://www.kuk-kriegsmarine.at/viribusunitis.htm

Italie :

http://www.atlas-historique.net/1815-1914/cartes/ItalieUnite.html

détroit d'otrante :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_du_d'étroit_d'Otrante

 




Document sans titre

menu : marine de guerre

sur mer

La guerre en Adriatique news

Aviso
Navires hopitaux
Portes Hydravions

Les Q-Ships

La guerre sous marine

SMS Emden
SMS Königsberg

Vedette M.A.S.

 

 

- top -