LzDream

MAS 15

posted 07/09/2012

Torpillage du Szent Istvan

 

Extrait du site http://cdlm.revues.org/index5535.html

... l’affaire ratée de Buccari éclipserait médiatiquement les assauts beaucoup plus réussis de la fin de la guerre et notamment l’action de Premuda du 10 juin 1918. Sentant que la situation se renverse sur terre, la flotte austro-hongroise tente en effet une sortie en nombre pour forcer le barrage d’Otrante. L’amiral Horthy, que Charles Ier a nommé commandant de la KKK en février, prend lui-même la tête d’une escadre composée d’une dizaine de navires, dont ses deux plus gros cuirassés Szent Istvan et Tegetthoff. Croisant à travers les îles de la côte dalmate, les vaisseaux échappent d’abord à la défense italienne jusqu’à ce que les MAS 15 et 21, commandés par Luigi Rizzo et Giuseppe Aonzo, patrouillant depuis Ancône, ne les repèrent presque par hasard à leurs panaches de fumée. Adoptant le régime de nuit afin de ne pas être repérés, les équipages s’approchent à environ 600 mètres de l’escadre, et à trois heures et demie du matin, profitant d’une brèche dans la défense des bâtiments principaux, lancent leurs torpilles sur les deux dreadnoughts. Si celles de Aonzo font long feu avant d’atteindre le ­Tegetthoff, en revanche le tir de Rizzo, frappant de plein fouet le Szent Istvan, ouvre une voie d’eau dans son flanc tribord. Échouant à faire rentrer au port son navire, qui gîte trop pour être remorqué, le commandant Seitz doit le déclarer perdu à six heures du matin. Sous le regard d’Horthy, mais aussi d’une camera embarquée sur le Tegetthoff dans l’espoir de filmer un succès autrichien dans le canal d’Otrante, le dernier né des vaisseaux de la double monarchie coule au large de l’île de ­Premuda. Une vedette en bois de quinze mètres, servie par huit hommes, a ainsi eu raison d’un bâtiment de 150 mètres et de plus d’un millier de marins, dont 90 sont tués dans le naufrage. De retour à Ancône après une navigation difficile, les motoscafistes sont accueillis en héros, à l’égal des deux plongeurs, l’ingénieur Rosseti et le médecin Paolucci qui, trois jours avant l’armistice ont coulé le cuirassé Viribus Unitis, montés sur une mignatta qu’un motoscafo avait acheminée jusque dans la rade istriotte.

profiles MAS 15

© 2000 - 2015 LzDream.net | mail : contact@lzdream.net