previous   Zeppelin précédent
zeppelin L3 (lz24)

Lz24 - L3

En attendant de frapper l'Angleterre, la première mission du L3 va être la reconnaissance autour de Héligoland et des îles de la Frise. Dans un même temps son équipage continue sont entraînement et la mise au point de technique de bombardement.

L'offensive terrestre et maritime est lancé :
Le 12 Août 1914, l'ordre est donné au L3, de patrouiller le long de la côte hollandaise, où la veille deux mouilleurs de mines ont été coulés. Le croiseur de bataille hollandais "De Zeven provincien" et quatre destroyers sont repéré.
Le 17, le L3 part en mission de reconnaissance pour surveiller la flotte britannique qui semble opérer à partir de Skagerrak. La zone à couvrir devait suivre la route entre Hanstholm au Danemark et Ryvingen en Norvège. Soit une patrouille de plus de 300 milles, la plus longue jamais encore effectué par le L3. Lors de cette patrouille, le L3 ne trouvera aucune trace des navires britanniques.


Pourtant, la Royal Navy est bien présente dans les eaux, ou plutôt sous les eaux, puisque des sous-marin de classe "D" et "E" rodant dans les eaux proche d'Heligoland. Le dispositifs allemand est ainsi analyser, la route des destroyers, les heures des relèves et des entrées aux ports sont notés. De plus, et ce qui est bien plus grave, les britanniques connaissent les codes de la marine allemande, et possédaient les cartes de la baie d' Héligoland et de la Mer du Nord indiquant le dispositif allemand. Ce qui donne à la Royal Navy un avantage certain sur son adversaire. Comment les britanniques ont t'ils eu connaissance de ses renseignements. La réponse est fort simple, puisque ce sont les allemands eux même qui lui fournirent.

En effet le 26 août, dans le Golf de Finlande, le croiseur léger allemand "Magdeburg", s' échoue sur les côtes. il est aussitôt pris sous le feu des batteries côtières russes. Le "Magdeburg" est anéanti sur place. Les russes en fouillant l'épave retrouvent les fameux documents, qui dans la tourmente n'ont pas étaient détruits. Les russes jouent la coopération, et remettent les informations aux britannique, qui vont dès ce moment, avoir un avantage sur la marine allemande, en connaissant tout leurs faits et gestes en décodant leurs messages.

Les britanniques décident rapidement d'un plan d'action contre la baie d' Héligoland. 52 unités de la Royal Navy vont participer à l'action (dont 8 croiseurs légers, 31 destroyers, et 8 sous-marins) avec en réserve cinq croiseur de bataille armée de canon de 305 et 343 mm. Leur objectif, surprendre et d'anéantir la patrouille de destroyers allemand, et d'attirer la flotte de haute mer allemande dans un piège.




Dans la brume du matin du 28, l'Amiral Beatty lance alors le plus gros de ses unitées pour surprendre les allemands au moment de la relevé. La surprise est totale.

Le L3 part aussitôt à la recherche de la flotte de Beatty. A 8:40 il rencontre des destroyers fonçant vers l'Est pour se réfugier à Héligoland. Puis tombe sur les croiseurs plus à l'ouest. C'est alors que le L3 se croie être victime " tir ami". En réalité ce sont les destroyers allemands qui font feu sur leurs poursuivants (mais dans la confusion, et l'innexperience du combat l'équipage du L3 se croit visé). Plongée dans la brume, les deux marines combatent en aveugle, et le L3 n'a qu'une vision partielle de la situation, et se retrouve par méprise entre deux feux.

Aussitôt le L3 identifie les croiseurs allemand comme étant des navires hostiles, et envoie un message radio indiquant leurs positions, et le souhait de retourné à leur base de Fuhlsbüttel pour des raisons techniques. Requête accepté, le L3 prend le chemin du retour. Sur mer le combat continu, à l'agression de la Royal Navy, les allemands vont d' abord répondre en envoyant deux croiseurs légers (totalement surclassé) puis six autre croiseurs, mais les croiseur de bataille, eux, restent au port (car il ne sont pas encore prés à partir, ils faut plusieurs heures pour mettre sous pression les chaudieres.).
Dans la plus grande confusion, le combat continu, le brouillard et un système de communication défaillant, rend l' avantage numérique des britannique caduc. Dans les rangs de la Navy, "l'Arethusa" est durement touché. Ce n'est qu'à midi, avec la disparition de la brume, que les croiseurs de bataille de Beatty, réussient à faire pencher la balance en la faveur de la Royal Navy avec leur canon de 305mm. Les allemand perdent trois de leurs croiseurs coup sur coup ("Mainz", "Köln" (cöln) et "Ariadne"). Mais à ce moment le combat est terminé, la flotte allemande à réussi à s'enfuire, et ses gros bâtiments, resté au port, sont intacts. Le piège de la Royal Navy n'a pas fonctionné.


Bilan de la journée

- Pertes allemande :
3 croiseurs : "Mainz", "Köln" (cöln) et "Ariadne"
1 torpilleur
750 marins
- Perte britannique :
navires endommagés : l'Arethusa et trois destroyers :
35 morts.

 
aridne
HMS Arethusa


Cette première bataille contre la Royal Navy, à un goût amer pour la marine allemande qui perd trois croiseur léger, et 750 marins. La division des dirigeables est durement mis en cause dans l' échec de ses reconnaissances. Mais que peu faire un seul et unique dirigeable pour couvrir l' intégralité de la Mer du Nord. Et il faudra attendre septembre pour voir la mise en service du L4 (le 1er septembre) et du L5 (le 24 septembre).

La stratégie est revue, la flotte de haute mer est mise en sécurité et des opérations type guérilla, des raids rapides sur les villes britanniques sont programmés, après reconnaissance aériennes. Ainssi le L5 effectua une reconnaissance sur Great Yartmouth pour l'operation du 3 novembre 1914.
En attendant le L3 continue ses missions de reconnaissance en Mer du Nord en attendant de frapper l'Angleterre.
 sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:SMS_Ariadne.jpg
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Heligoland_%281914%29
http://www.worldwar1.co.uk/heligoland-bight.html
http://www.kaiserliche-marine.de/ 
http://pugetairship.org/index.html
http://www.flightglobal.com - format pdf boat-