LzDream

Georges Robert Nivelle (1856-1924)

posted 07/09/2012

NivelleNé à Tulle (en Corrèze) en 1856, sorti de Polytechnique dans l'artillerie (arme hautement honorifique à l'époque), il prendra part à l'expédition contre les Boxers en Chine en 1900, commandera le IVe régiment d'artillerie en 1911, et servira par la suite en Afrique avant de retourner en France peu avant la début de la guerre.
Il participe à la bataille de Verdun à la tête du 3° corps, avant de prendre celle de la II ème Armée, avec laquelle il mène, avec succès, la contre-attaque française sur Verdun et reconquiert le fort de Douaumont (avec son subordonné Mangin en novembre 1916) par l'action brillante conjuguant artillerie et infanterie.

Lors de la crise du commandement français à la fin 1916 qui voit la chute de Joffre, il est au sommet de sa gloire, sa victoire Verdun lui donne une grande popularité. C'est alors qu'il est choisi pour succéder à Joffre comme commandement en chef (12 décembre 1916), et ceci en dépit d’une opposition farouche de ma plupart des officiers généraux, et en particulier de Pétain.

Vue aérienne du fort de Douaumont

Vue aérienne du fort de Douaumont

En 1917, il promet de percer les lignes ennemies en appliquant la même méthode qu'à Verdun, mais à une plus grande échelle.
Le Premier ministre britannique Lloyd George (qui n'aime pas Haig) accepte de subordonner les troupes anglaises à son commandement. De mère anglaise, Nivelle à aussi le grand avantage de parler couramment l'anglais, dont il connait aussi bien la culture que la politique. Ce qui d'un point de vue purement diplomatique sera d'une aide précieuse (ce qui n’aplati pas totalement les difficultés, surtout à l'encontre de Haig et d’autres officiers qui voient d'un mauvais œil l'utilisation des armées britanniques pour servir l’intérêt des français). De plus il rassure les politiques en promettant l'arrêt de l'offensive si celle-ci était vouée à l’échec.
La préparation est longue, et laborieuse, où chaque détail compte. Mais un tel dispositif ne peut surprendre les allemands (les avions de reconnaissances renseignent à merveille l’Etat Major allemand), qui fortifient leur défenses (des défenses naturelles déjà très efficaces comme les trop funestes "creutes", qui surprendront les fantassins français dès les première heures de l'offensive).

creute du dragon

L’une des entrées de la "Creute du Dragon"
Grotte naturelle, elles seront organisées et fortifiées par les allemands. Véritable réseau elles parcouraient toute une partie du front du Chemin des Dames.

Que décide alors Nivelle, ou plutôt que ne fait il pas. L'offensive est programmé de longue date, et il sait que si il ne la lance pas, se seront les allemands qui la lanceront ailleurs. De plus les politiques le poussent à l'action, et ses opposants (parfois ces propres subordonnés) tirent à boulet rouge sur lui. Les plans ne sont donc pas remanier (ou si peu) et personne ne fait rien pour arrêter cette terrible machinerie.
L’offensive et lancé le 16 avril 1917, mal préparée, elle se révèle de suite comme un échec, dès les premières heures, les troupes sont clouées au sol et se fait massacrer. Mais au lieu d’arrêter l’offensive, comme il l’avait promis, Nivelle s’acharne, (d' ailleurs les politiques lui donneront carte blanche pour continuer) et elle ne finira que le 9 mai 1917.
Ce sera une défaite majeure pour l’armée française, l'offensive du Chemin des Dames, va se solder par la mort de plus de 100 000 hommes.
Lancé pour percer le front et en finir avec la guerre, l'offensive se soldera par le gain de quelques kilomètres, et découragera profondément l' armée, provoquant à partir de la fin mai les première mutinerie. Destitué dés le 15 mai, nivelle est remplacé par Pétain, qui sera rétablir l’ordre et la confiance parmi la troupe. Nivelle sera envoyé en Afrique du Nord, où il ne participera plus à la guerre sur le front occidental. Il meurt en 1924.

© 2000 - 2012 LzDream.net | mail : contact@lzdream.net