Document sans titre

logo caudron

Deux frères à l'assaut du ciel

Début prometteur

Alphonse (dit Gaston) et René Caudron
http://pdennez.free.fr

A l'égal des Blériot, Farman et Voisin, René Caudron avait su prendre une place de choix dans l'histoire de l'aviation. Né en 1884 à Favières (Somme), fils d'un riche agriculteur picard il avait, très tôt, renoncé à l'agronomie pour se consacrer aux sports aériens.

A vec son frère Gaston, son aîné de deux ans, il avait construit, dans la ferme paternelle de Romiotte, un premier planeur. Avant même son expérimentation, les deux frères, ne doutant pas de l'avenir, créaient une association baptisée pompeusement " Aéroplanes Caudron frères ".

En mars 1909, René Caudron aux commandes d'un engin rudimentaire, se faisant remorquer par la jument Luciole attelée à une charette et guidée par Gaston, survolait les dunes du Crotoy au grand étonnement des villageois. Bientôt, équipé d'un moteur Anzani, l'appareil réussissait alors "par les moyens du bord, une série de lignes droites en juin 1909 " (L' Aérophile ). Ainsi débuta la construction Caudron.

Pendant les années qui précédèrent la Première Guerre mondiale, les deux frères construisirent quinze types d'avions et quatre d'hydravions dont certains brillèrent en compétition, notamment dans le Circuit européen en 1912, l'année suivante dans les meetings de Deauville et Reims.
Le Caudron G3 sera l'une de ces réussites et servira dès le début du conflit comme avion de reconnaissance.

Mobilisés en août 1914, ils furent rappelés dans leur usine du Crotoy qui, devant l'invasion allemande, fut évacuée à Lyon. Le travail reprend, et en 1915 sort le Caudron G4 (version bimoteur du G3). C'est une réussite technique et commercial, puisque l'avion est construit en série tout au long de la guerre et continuera sa carrière après guerre comme avion d'entrainement et dans le civil.

Mais le 10 décembre 1915, sur l'aérodrome de Lyon-Bron, Gaston Caudron trouve la mort à bord d'un R 4 au cours d'un essai.
Désormais seul à la tête de l'entreprise, René Caudron poursuivit sa tâche. Huit nouveaux types d'appareils furent construits dont le Caudron C 23 de bombardement qui, à l'époque, reçut le qualificatif de "remarquable".

Après la guerre il se consacra surtout à l'aviation de tourisme. Entre 1919 et 1932, il mit sur le marché vingt-huit types nouveaux. Pendant toutes ces années sa collaboration avec Renault fut pratiquement inexistante, seuls quatre appareils furent équipés de moteurs Renault, le C 91 (1923), biplan de transport à quatre places, le C 232 ( 1930), biplan de tourisme de deux places à ailes repliables, le C 272 (Luciole) à deux places (1931), et sa version de 1932.

A partir de 1930 on assiste en France à une restructuration de l'aviation, et c'est dans ce cadre qu'il faut placer la naissance du groupement Caudron-Renault.

 

Document sans titre aviation

Caudron

Document sans titre