Caudron G.4

logo caudron

Caudron G4

Sucesseur du caudron G3

1915, une nouvelle version du caudron G3 voit le jour. On reconnaît les traies caractéristiques du caudron G3, (la forme des ailes, des dérives, le style du haubanage, de la nacelle) mais se qui frappe tout de suite se sont les deux moteurs rotatif de chaque coté de la nacelle de l'équipage.
La firme Caudron, devant la difficulté de trouvé un moteur plus puissant, préfère en augmenter le nombre, ce qui donnera un avion rapide (130 km/h) et bénéficiant d'un bon taux de monté.
Au pilotage, malgré l'ajout d'un second moteur, l'avion reste agréable et facile à piloter. Utilisé plus tard dans par les écoles de pilotage, les instructeurs diront de lui qu'il était interdit (ou impossible) de se tuer avec. cf icare n° 213
(Journal de Jules Abel - 1ere partie : 1916-1918 pilote de reconnaissance)

caudron G4

En opération :

En 1915, l'avion est utilisé pour des missions de reconnaissance et de bombardement. Mais avec l'apparition des premiers Fokker E.III la donne change, les Caudron G3 et G4, comme de nombreux avion de reconnaissance de l'entente en 1915, ne sont pas armés de mitrailleuses. Leurs mise en place se fera progressivement au cours de l'année 1915, pour se généraliser en 1916.
Les allemands en sortant leur nouveaux chasseur du type Albatros durant l'hiver 1916-1917 rendent totalement obsolète l'avion. Pourtant l'avion reste en première ligne, puisqu'il faudra attendre la mise en service des nouveaux avion de reconnaissance comme le Sopwith 1 1/2 Strutter (1916) et les Breguet 14 (1917) ou Salson 2 (1918).
La carrière du Caudron G4 continue puisqu'il sera utilisé pour l' entraînement et le bombardement de nuit.
Malgré sa frêle apparence, le Caudron G4 gardera la réputation d'un avion solide capable d'encaisser les coups. Il sera grandement utilisé après guerre pour des raids et autre exploits en tout genre. (comme l'atterrissage sur le toit des Galerie Lafayette, ou le franchissement des Andes)

Anecdotes :

L'as René Fonck fera ses premières armes comme pilote à bord d'un Caudron G4 de 1915 à 1917 et obtiendra même deux victoires. La première (le 6 août 1916) sur un avion de reconnaissance Rumpler qu'il oblige à faire atterrir sans tiré un coup de feu. La seconde (le 17 mars 1917) après un combat de 15 minutes son opposant tombe en flamme. Après ce second exploit il est enfin muté dans la chasse.

Caudron G4
l'avion de Renè Fock : escadrille C47 - 1916
http://www.traditions-air.fr/unit/avion/avionscaudron.htm

Production :

1358 G4 furent construits par la france, auquel on peut rajouter un cinquantaine d'exemplaire produit par l'Italie par A.E.R. et 12 par les Britannique par British Caudron company.

 

 

Document sans titre aviation

Caudron

Document sans titre