Breguet 14

louis breguet

 

Breguet XIV

L'offensive

Le Breguet XIV est resté dans les mémoires comme l'avion symbolisant la victoire, le 11 novembre 1918, c'est à bord du Breguet XIV 2334G piloté par le lieutenant Minier, arborant deux grands drapeaux blanc accrochés aux haubans,que fut transporté à Spa le commandant Von Geyer, porteur des conditions d'armistice. Mais au-delà de cette image d'Épinal, on peut réelement parler de lui comme l'un des outils de la victoire.

Conçu en juin 1916 pour jouer le rôle d'avion d'observation, il exécuta sont premier vol à Villacoublay, en novembre de la même année, entre les mains de Louis Breguet en personne et à la place de l'observateur l'ingénieur Vuillerme. Pourtant pour qu'il puisse prendre sont essort il faudra attendre 1917, qui verra l'apparition d'un moteur fiable plus puissant, comme le Renault 12F de 300 ch.

vue de dessus

Le 6 mars 1917, l'armée passe commande de 150 machines, suivit le mois suivant d'une centaine d'autres. Le succès industriel commence a poindre son nez, l'usine de Velizy s'organise pour lancer une production à grande échelle alors même qu'aucun autre contrat n'est encore signé. L'opération est risquée, Mais Breguet a plus d'un atout dans son jeu; en plus d'une version de bombardement du même avion qui va faire grand bruit lors de sa démonstration, l'entrepreneur propose aussi une méthode de construction moderne facilitant grandement la construction de l' avion.

Esthétiquement, on ne peut par parler d'un avion profilé, ni aérodynamique, certains diront même de lui qu'il est laid. Mais sous cette apparence un peu brut se révèle l'âme d'un fonceur beaucoup moins pataud qu'il y parait. C'est ce qui a sûrement séduit les militaires qui recherchent un bombardier rapide (notons que le Breguet XIV vole à peine moins vite qu'un chasseur !!!) pour lancer des bombardement sur les arrières des troupes allemandes.

duval

L'un de ses partisans, le géneral Duval (à droite) discute avec le commandant Vuillemin, futur chef d'Etat-major de l'Armée de l'Air, et commandant l'Escadre 12

En effet l'aviation française est en pleine restructuration, les consciences évoluent, et de nouvelles théories commencent à apparaître : L'utilisation massive et concentré de l'aviation, qui permettra entre autres de stopper la dernier offensive allemande en 1918 lors de la seconde "bataille de la Marne" avec Groupe de Combat (ou de chasse) et les Escadre de Bombardement (GC, et EB). Ainsi, avant la fin de l'année 1917, plus de 2000 exemplaires vont être commandés, la réussite industriel était là.

La version de reconnaissance, le Br14 A2, équipera avant la fin de l'année 1917 trois ecadrilles de reconnaissance.

version de reconnaissance le  Br14 A2

 

menu breguet 14

aviation

 

Breguet XIV

Breguet XIV
Caractéristiques
Dans le civil
Galerie Photo
Vidéo
Document sans titre