LzDream

Guynemer : cours particulier

posted 20/09/2012

Nieuport 17 Maurice Boyau

Nieuport 17 , de la N77, du Sergent Maurice Boyau. Été 1917

Le 16 mars 1917, Maurice Boyau et Gilbert Sardier, encore jeune pilote à la N77 (aussi appelé l'escadrille des sportifs) , s’attaque à un biplace de reconnaissance. Sardier raconte :

« Nous avions aperçu un appareil allemand de reconnaissance, du type Albatros, qui croisait au-dessus de Pagny-sur-Moselle, bien entendu, nous l’attaquons tour à tour, mais il se défendait vaillamment et se mettait en spirale serrée. Malgré tous nos efforts, nous n’arrivions pas à l’abattre, lorsque tout d’un coup, un Spad vint se placer entre nos Nieuport et l’Albatros et, à bout portant, tira une dizaine de balles sur l’avion ennemi qui prit feu et se cassa en deux. Notre émotion fut grande quant, le Spad étant venu au ralenti tourner autour de nous, nous lûmes sur le fuselage «Vieux Charles ».  C’est ainsi que nous fîmes connaissance de  Georges Guynemer ! A peine rentrés au terrain et tandis que nous expliquions le coup, on nous dit que le capitaine Guynemer appelait au téléphone, de sa base près de Nancy, les deux pilotes ayant participé au combat. Nous nous précipitâmes au téléphone et voici la conversation qui s’engagea, alors que Boyau et moi étions mis inconsciemment au garde-à-vous :
-ici Guynemer.
- Nos devoirs, mon capitaine.
- c’est vous qui attaquiez un avion allemands que je viens de descendre ?
- Oui, mon capitaine.
-Excusez-moi de vous l’avoir soufflé, mais j’ai vu que vous aviez de la peine à en venir à bout et je vais me permettre de vous donner un conseil pour vos futurs combats ; vous étiez trop loin car, voyez-vous, pour descendre un adversaire, il faut lui rentrer dedans !
Après avoir balbutié quelques mots de félicitations et de remerciements à notre grands as, nous sommes retournés tout émus auprès de nos camarades et par la suite, nous avons essayé, Maurice Boyau et moi, de mettre à profit ce magnifique exemple et cette émouvante leçon.

La leçon fut fort bien apprise puisque les deux pilotes devinrent par la suite deux as. Boyau (35 victoires) et Sardier (15).

 Maurice Boyau contrairement à Sardier ne survivra pas à la guerre et disparait le  16 septembre 1918, au-dessus de Mars-la-Tour. Tour. (Soit un an après Guynemer).

SPAD VII Guynemer s254
- Spad VII de Guynemer début 1917. -

source : http://www.messerschmitt109.com/g1-1.html

sources :

http://www.theaerodrome.com/aces/france/boyau.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Boyau
http://fandavion.free.fr/boyau.htm
http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille077.htm

© 2000 - 2012 LzDream.net | mail : contact@lzdream.net